Sandrine Treiner : « Je ne sais pas si on dira « la radio » »

Sandrine Treiner

Sandrine Treiner : « Je ne sais pas si on dira « la radio » »

 

Présentation de l’interviewée :

Sandrine Treiner commence sa carrière professionnelle en 1986 au journal Le Monde au service littéraire et supplément radio-télévision. De 1998 à 2008, Sandrine Treiner intègre France 3 comme rédactrice en chef et coproductrice de l’émission « Un livre, un jour », présentée par Olivier Barrot. De 2006 à 2009 elle est aussi conseillère éditoriale et rédactrice en chef-adjointe de l’émission quotidienne « Ce soir ou jamais » animée par Frédéric Taddeï. En 2009, elle rejoint France 24 en qualité de rédactrice en chef des magazines de la culture, des grands entretiens et des débats. En parallèle, elle collabore à l’émission « Le Cercle Littéraire » sur Canal+ Cinéma. En août 2010, elle rejoint France Culture comme chroniqueuse pour la littérature et le cinéma à « La grande table » de Caroline Broué et Hervé Gardette. En novembre 2011, elle devient directrice-adjointe de France Culture chargée de l’éditorial. En juillet 2015, elle assure l’intérim à la tête de France Culture après le départ d’Olivier Poivre d’Arvor avant d’être nommée directrice en titre.

 

Interview :

Entretien réalisé par Sebastien Poulain avec Sandrine Treiner le 26 novembre 2016 à la Maison de la radio.

 

Sebastien Poulain : Comment voyez-vous la radio dans le futur ?

Sandrine Treiner : Je ne sais pas si on dira « la radio », peut-être qu’on dira « la radio », mais ce n’est pas sur. Mais peut-être. A quoi ça ressemblerait ? Si on parle de la radio que je fais, il est probable qu’elle ne ressemblera pas du tout à celle d’aujourd’hui. Elle aura des contenus qui passeront par toutes sortes de tuyaux. Probablement pas par les tuyaux d’aujourd’hui. Même pas par quelque chose qui est violet et qui s’appelle France Culture. Peut-être qu’on ne saura même plus si c’est violet ou si c’est France Culture. En tout cas, le contenu sera au centre. Est-ce qu’il sera séquencé différemment ? Illustré différemment ? Il y aura de l’image probablement. On en a déjà, du reste, quand on passe par les réseaux sociaux. Donc la radio de demain sera une radio qui se contrera sur le meilleur de nous-même, c’est-à-dire ce qu’on est capable de produire.

 

Pour lire la suite, c’est ici !

 

Pour citer l’interview :

TREINER Sandrine, « Je ne sais pas si on dira « la radio » », entretien réalisé par Sebastien Poulain, in Sebastien Poulain (sous la direction de), « La radio du futur : du téléchromophotophonotétroscope aux postradiomorphoses », Cahiers d’histoire de la radiodiffusion, n°132, avril-juin 2017, https://radiodufutur.wordpress.com/2017/10/24/sandrine-treiner-je-ne-sais-pas-si-on-dira-la-radio/

Publicités

2 réflexions au sujet de « Sandrine Treiner : « Je ne sais pas si on dira « la radio » » »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s